Témoignages d’espérance du mouvement paroissial des Focolari

Le Mouvement paroissial des Focolari a organisé un moment de partage d’expériences durant ce temps de confinement, par vidéo-conférence, dans la soirée du mercredi 24 mars 2021.

Le but de cette initiative était de nous encourager les uns les autres dans l’espérance qui nous anime. Cette rencontre s’adressait en particulier à toutes les personnes qui participent, d’une manière ou d’une autre, à la vie de leur paroisse, de leur Unité Pastorale ou de leur doyenné.

La rencontre a permis un partage d’expériences concrètes et souvent créatives, pour faire circuler une dynamique d’amour et d’unité au cœur de l’Eglise.

On pourrait synthétiser le sens de l’action de ce mouvement paroissial avec la phrase de Jean-Paul II : Faire de la paroisse « une maison et une école de communion » (1).

En introduction, Marie Lhoest, animatrice de la soirée, rappelait combien, en cette période difficile que nous traversons à cause de la pandémie, nous avons besoin du soutien fraternel. Notre pape François dans sa dernière encyclique, comme tout au long de son pontificat, nous invite à être une Eglise qui ne se replie pas farouchement sur elle-même mais s’ouvre pour aller à la rencontre de ceux que le Seigneur nous confie, et construire la fraternité autour de nous. Elle a rappelé ses paroles : « L’Eglise qui sortira de la crise sera l’Eglise des Actes des Apôtres. C’est à dire une Église où il y a de l’amour entre ses membres et parce qu’il y a cet Amour, ils peuvent transmettre l’Amour du Christ ». 

Une dizaine de témoignages ont suivi : chacun partageant comment à partir d’un enracinement personnel en Dieu, il choisissait de rayonner avec d’autres, l’Amour de Dieu autour d’eux certains que « là où deux ou trois sont unis en mon nom, Jésus est au milieu d’eux »

Le premier témoin était Matthias, un ancien doyen du diocèse de Liège, désormais retraité. Il a parlé de ses journées toutes simples qu’il désire vivre en communion avec le Seigneur. Communion personnelle mais aussi communion fraternelle avec tous ceux que le Seigneur lui fera rencontrer.  Il a fait écho d’innombrables rencontres toutes simples que cette période de confinement l’invite à faire lors de ses promenades ou par un coup de fil, un courrier ; elles sont remplies d’attention fraternelle à l’autre (le facteur, l’éboueur, …). C’est chaque fois l’occasion de manifester de l’amour à ceux qu’il rencontre.  

Isabelle, maman de deux enfants, paroissienne de Rhines dans le diocèse de Namur et membre du conseil paroissial, a partagé comment alors que la communauté semblait morte, des personnes ont contribué à la faire revivre …

des permanences d’écoute ont été mises sur pied dans les églises de son entité, des collectes de vivres pour les nécessiteux, et un parrainage par des personnes de la paroisse des enfants qui sont inscrits à l’éveil à la foi. Ces parrainages font grandir l’esprit de famille entre tous.

Nico, prêtre du grand-Duché de Luxembourg, avec l’aide de paroissiens, a retapé et décoré un garage où des réfugiés et des personnes plus pauvres peuvent venir chercher des vêtements et de la nourriture. Il a aussi lancé, en vidéoconférence, des partages bibliques.

Virginie de Nassogne, secrétaire paroissiale en situation de maladie, a témoigné de l’amour fraternel et de la solidarité qu’elle a reçu par sa communauté paroissiale et qui l’ont vraiment aidé à traverser la grosse épreuve de la maladie.

Véra, médecin retraitée, vit à Bruxelles. Elle a rejoint la paroisse Sainte Suzanne pour donner sa contribution à une association interreligieuse qui prépare des repas chauds tous les vendredis pour des centaines de réfugiés à partir des invendus récupérés dans les grandes surfaces. Des personnes de tous âges, cultures et religions profitent de ce service.

Albert et Muriel de St. Vith ont choisi de commun accord avec leurs prêtres, de proposer des liturgies domestiques et des liturgies de la Parole dans l’église par groupes de 15 personnes le we suite à la décision des prêtres de ne pas célébrer de messe les we. Les messes sont maintenues en semaine.

Maryvonne de Charleroi a aussi témoigné de l’option prise par sa paroisse de ne pas organiser de messes pour ne frustrer personne, mais d’organiser uniquement des liturgies de la Parole en ce temps de pandémie par des prêtres et des laïcs, en distribuant la communion à la fin de la liturgie.

Gisèle, maman syrienne, fait partie de l’EAP de la paroisse de La Hulpe. Elle est en Belgique depuis cinq ans et est bien intégrée. Elle a témoigné du bon accueil vécu dans sa paroisse et de son appel personnel à apporter sa contribution pour renforcer la communauté paroissiale.

Luc, Caroline et Hubert font partie du CUP de Ramillies qui comporte une dizaine de clochers. Ils ont témoigné de leur volonté de construire ensemble le projet de l’unité en essayant de compter sur les charismes de chacun. Avant la Noël, ils ont organisé un parcours de marche et de prière entre les différentes paroisses en décorant tout le parcours avec des anges. Le pôle solidarité a lancé de très belles initiatives qui rejoignent beaucoup de personnes dans le besoin. Des messes sont organisées spécialement pour les enfants. Hubert a témoigné que cette équipe d’UP a redonné sens à sa vie de prêtre aussi bien au niveau spirituel qu’au niveau humain et remercie toute l’équipe.

Pour terminer cette belle soirée, Marie Lhoest a lu un texte méditatif de Chiara Lubich, fondatrice du mouvement des Focolari, intitulé : « la résurrection de Rome ». Il met en évidence de façon lumineuse et prophétique, les énormes potentialités de renouvellement social que contient la présence de Jésus Ressuscité en chaque chrétien et entre les chrétiens.

En voici un extrait : 

« Voir l’humanité avec les yeux de Dieu, qui croit tout parce qu’il est Amour et brûler du feu de l’Amour.

C’est Dieu qui fait de deux l’un, et se place comme troisième parmi eux, comme relation entre eux : Jésus au milieu de nous.

Ainsi l’amour circule et, par la communion, il met en commun  ce que chacun des deux possède, biens de l’esprit et biens matériels, pour les rendre communs.

Cela rend témoignage de façon concrète et effective qu’il existe un amour qui est vrai et qui unit, celui de la Trinité ».

Pour plus d’informations : marielhoest@icloud.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s