Une « Eglise en sortie » à Braine-l’Alleud

L’abbé Alain de Maere, curé de la paroisse Saint-Etienne à Braine-l’Alleud, nous raconte comment la pandémie a réveillé sa paroisse pour avancer dans le projet d’une « Église en sortie ».

Pendant la période au cours de laquelle les célébrations n’étaient plus possible à l’église, la secrétaire paroissiale a décidé de téléphoner aux familles endeuillées depuis le mois de novembre de l’an dernier pour les inviter à venir chercher à l’église (en respectant les conditions sanitaires) la petite croix avec le nom de leur défunt. Ces familles étaient accueillies à l’église par des membres de l’équipe d’accompagnement des familles en deuil. A cette occasion, un lien personnel s’est tissé avec ces familles.

Durant l’avent, le curé a demandé à certaines personnes rencontrées dans la vie quotidienne de témoigner sur qui elles veillent et de quelle manière. Tous les témoignages (celui d’une caissière, d’un couple, d’un médecin, d’une enseignante…) étaient enregistrés et pouvaient être écoutés sur internet.

Lors de la fête de Noël un parcours a été créé dans l’église pour inviter les familles à venir découvrir la crèche et à prier devant celle-ci. C’était l’occasion pour l’équipe d’accueil et les prêtres de rencontrer des habitants de Braine-l’Alleud qu’ils n’avaient jamais vu à l’église.

Du samedi saint au lundi de Pâques, une balade « pascale » était organisée par la paroisse sur le thème de la Semaine sainte. Les familles étaient invitées à venir chercher le carnet de route à l’église puis à parcourir un itinéraire balisé dans la ville par des affiches avec des QR code. De retour à l’église, chacun pouvait déposer une intention sur une croix de bois pour confier au Seigneur des souffrances ou des joies personnelles.

Le jour de Pâques, chacun pouvait venir dans l’église pour faire une démarche de renouvellement de sa foi baptismale et de communion. C’était aussi une occasion d’une démarche qui pouvait concerner enfants, adultes ou grands-parents.

Pour la préparation du baptême, un prêtre de la paroisse accompagné par un membre de l’équipe baptême propose de se rendre chez les parents qui demandent le baptême de leur enfant pour une première rencontre avant de se retrouver avec d’autres familles qui demandent le baptême de leur enfant pour une seconde rencontre autour d’un évangile.

L’équipe baptême a décidé aussi lors de ses réunions de lire Evangelii gaudium.

Cette équipe a aussi recontacté par téléphone les personnes qui avaient demandé le baptême de leur enfant et avaient annulé celui-ci à cause de la pandémie.

Des liens personnels ont été créés avec des personnes venant demander l’aumône à la cure en leur proposant de venir prendre un café à la cure et ainsi pouvoir parler avec eux.

Vu qu’à cause de la pandémie l’ASBL « Lire et écrire » qui travaille à l’alphabétisation des adultes ne pouvait plus disposer d’un local à la commune, la paroisse leur a proposé que les cours individuels puissent se faire dans un local de la cure. Cette ouverture a permis de créer un dialogue avec des personnes de tous horizons, de différentes nationalités ou religions.

L’abbé Alain n’hésite pas à saisir toutes les occasions possibles lors de rencontres personnelles pour écouter les problèmes des personnes qu’il croise et quand la situation le permet de proposer la prière.

Un groupe de jeunes couples a lu et partagé l’encyclique Fratelli tutti. Après la lecture de celle-ci, le même groupe qui s’est ouvert à un couple de plus a commencé la lecture continue de l’évangile de Luc. Chaque couple anime à son tour la rencontre qui se termine par les complies.

Une table de la Parole est aussi organisée régulièrement en partant de l’évangile du dimanche qui suit.

Le journal de l’Unité pastorale Joie et lumière est distribué à tous les habitants grâce à des paroissiens des six paroisses de l’U.P. qui se sont proposés de les distribuer dans chaque quartier.

L’abbé Alain nous invite à prendre exemple sur l’Église d’Algérie qui a fait le choix, après l’indépendance de ce pays, de devenir l’Église d’Algérie c’est à dire une Église au service du peuple au sein duquel elle vit.

Ce témoignage stimulant est raconté dans le livre de Christian Salenson (1).

Merci à Alain pour ces exemples stimulants qui nous poussent à sortir et aller vers ceux qui ont besoin de nous.

Contact : Abbé Alain De Maere : alaindemaere@gmail.com

http://www.paroissesaintetienne.be

(1) Christian Salenson, Cette Église révélée par les martyrs d’Algérie. Retraite à Tibhirine, Nouvelle Cité, 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s