Projets de solidarité dans l’UP de Chastre

L’Unité Pastorale de Chastre « profite » du temps de confinement pour mûrir des projets, particulièrement au niveau du pôle « Solidarités », en lien avec une volonté de sortir, d’être davantage présents dans la vie sociale : présence au nom de la foi et de l’Evangile, mais débordant le cadre habituel.

Pour vivre l’Evangile autrement, nous réfléchissons, à plusieurs niveaux, à une pastorale de proximité et de présence significative.
Concrètement : Lire la suite « Projets de solidarité dans l’UP de Chastre »

Le confinement nous pousse à repenser notre vie chrétienne

Dans quel état les catholiques retrouveront-ils leurs paroisses après le confinement ? Les situations seront différentes entre les paroisses actives ces derniers mois, et celles qui ont mis la clé sous le paillasson, avance le professeur Arnaud Join-Lambert.

Bosco d’Otreppe nous livre son avis dans un article de La Libre en ce 17 février 2021 (1) : en écoutant Catherine Jongen, en reprenant l’analyse du professeur Arnaud Join-Lambert qui a étudié les pratiques du confinement de 1200 Belges, ainsi qu’en analysant l’évolution de l’Église en France.

D’un côté,

  • de nombreuses initiatives de solidarité ont vu le jour,
  • des paroisses creusent leur imagination pour continuer à célébrer ou à partager la Parole de Dieu tout en respectant les normes sanitaires et
  • des chrétiens se lèvent aussi pour des actions citoyennes ou en lien avec l’écologie intégrale

… et d’un autre côté, certaines paroisses ne savent pas comment bien s’y prendre pendant ce confinement.

C’est dans la proximité de petites fraternités locales en complémentarité avec les communautés paroissiales que se jouent le soutien mutuel et la vitalité de la foi, nous dit Catherine Jongen, coordinatrice de la LPJ (Liaison des Pastorales des Jeunes francophones en Belgique).

Il y a eu une émergence timide, mais non négligeable, de ce que l’on appelle ces petites églises domestiques, nous explique Arnaud Join-Lambert.

En France, de nombreux diocèses qui ont repris les célébrations plus largement constatent la perte d’environ un tiers de pratiquants.

Parallèlement, dans beaucoup de lieux, pour pallier l’absence de prêtres, les responsables pastoraux choisissent de favoriser les fraternités chrétiennes locales qui essayent de vivre les cinq dimensions essentielles de la vie chrétienne (2) : la prière, le partage et le soutien mutuel, la formation chrétienne, la charité fraternelle et le témoignage.

Ces fraternités reprennent l’exemple des premiers chrétiens qui se retrouvaient dans leur maison pour vivre et partager leur foi.

Dans l’UP de Court-St-Etienne, après un parcours Alpha, des fraternités de ce type ont été créées (les fraternités Béthanie) (3) et continuent mensuellement à fonctionner par Zoom, malgré le confinement et en attendant de se retrouver en présentiel.

(1) La Libre du 17 février 2021 : voir ici (attention, l’article est réservé aux abonnés !)

(2) Pour approfondir les cinq essentiels, il existe un site qui explique bien ces principes : voir ici

(3) Pour trouver l’article sur Béthanie, il faut aller à la page 25 de la plaquette des outils.

Georges Bouchez,
responsable du service Tous Disciples en Mission
Illustration : ©GB – La photo a été prise avant les contraintes sanitaires !

Partage en ligne sur le thème du confinement

Les fraternités Béthanie de Court-St-Etienne (voir brochure page 25) organisent des temps de partage en ligne avec leurs membres sur le thème du confinement.

Elles ont trouvé des liens intéressants sur le site de La Traversée.

Ce site propose des mini-conférences aux chrétiens mais aussi aux non-chrétiens sur des thèmes pouvant les aider à traverser ce temps de pandémie.

Voir plus ici