Devenir missionnaire : attention, danger !

Un excellent article, paru sur Aleteia le 5 septembre dernier, attire notre attention sur les obstacles qui se dressent sur le chemin du chrétien missionnaire.

C’est la rentrée pour tous les missionnaires de l’Évangile. Les obstacles ne manquent pas pour nous décourager d’annoncer Jésus-Christ, à commencer par la peur de déplaire à nos contemporains. Comme une personne avertie en vaut deux, il est nécessaire de prendre conscience de ces inhibitions afin de devenir plus forts dans notre tâche d’évangélisation. 

Nous vous présentons ici ces obstacles, pour vous inviter à prendre connaissance de l’article complet :

  1. VOUS AVEZ DIT « PROSÉLYTE » ?
  2. LES DOGMES FONT-ILS FUIR NOS INTERLOCUTEURS ?
  3. LA PEUR DE NE PAS PARAÎTRE BIENVEILLANTS
  4. LES « VALEURS » SANS JÉSUS-CHRIST
  5. LE DIFFICILE PARDON
  6. LE CERCLE VICIEUX DU CONFORMISME

Illustration : Pixabay – CC0

Le dialogue, à la racine de toute initiative missionnaire

Il y a un an, à la fin du mois d’août 2018, Mgr Jean-Luc Hudsyn publiait sa lettre pastorale lançant l’année Tous disciples en mission – L’audace d’une conversion et nous invitait à réfléchir aux moyens à mettre en oeuvre pour devenir de vrais disciples-missionnaires, à la suite de l’invitation du pape François, notamment dans La joie de l’évangile.

Parmi les questions ouvertes présentes dans sa lettre, Mgr Hudsyn nous invite à chercher (page 10) : Quels espaces inventer pour échanger de façon ouverte, amicale – entre chrétiens et avec d’autres – sur les questions existentielles, éthiques, sociétales, environnementales que pose ce monde qui change et pour lesquelles nous cherchons tous des chemins qui soient porteurs de vie et d’avenir ?

Cette idée d’échange, de dialogue, de rencontre avec tous, y compris ceux qui pensent différemment de nous, paraît aujourd’hui très naturelle (même si nous ne la mettons pas toujours en pratique !). Dans l’histoire récente de l’Église, on peut considérer qu’elle a été introduite par le pape Jean XXIII qui, en convoquant le concile Vatican II (1962-1965), a voulu ouvrir l’Église sur le monde. Lire la suite « Le dialogue, à la racine de toute initiative missionnaire »

30 exercices pour perfectionner notre prise de parole en public…

Parler en public : je veux (et peux) m’améliorer !

Tous ceux qui doivent s’exprimer publiquement peuvent tirer profit de ce guide d’exercices préfacé par Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris : la sainteté, la volonté de transmettre et les connaissances ne suffisent pas. Nos intonations et notre « non-verbal » peuvent aussi bien attirer au Christ et à l’Église qu’en éloigner. Or chacun peut progresser en s’exerçant avec une méthode et des conseils adaptés.

L’auteur propose trente exercices pour perfectionner sa communication orale. Objectif : gagner en facilité de préparation et en assurance, se donner les meilleures chances de toucher les intelligences et les cœurs, et amplifier chez les auditeurs l’envie d’écouter, de comprendre et de mémoriser (page 4 de couverture).

L’auteur, Didier Mellière, a coordonné pendant dix ans le Service d’optimisation des homélies qui a aidé gratuitement un grand nombre de prédicateurs à améliorer leur communication orale.

Prêtre, diacre ou laïc, nous sommes invités à témoigner que l’amour du Christ nous fait vivre : voici une proposition concrète pour nous former à le faire encore mieux, peut-être pendant nos vacances ?


Didier Mellière, Homélies et prises de parole publiques. 30 exercices pour se perfectionner, éditions Salvator, 2018.