Soirée des communicateurs du Vicariat, le 24 janvier 2019

Le jeudi 24 janvier 2019, de 18h30 à 22h, les communicateurs du Vicariat (paroisses, Unités pastorales) sont invités au Centre pastoral pour se rencontrer, se partager leurs joies et leurs difficultés, et réfléchir au sens de leur travail dans le contexte de l’Année pastorale.

Une question servira de fil rouge à cette soirée :

Ma manière de communiquer témoigne-t-elle
de ma joie d’être disciple-missionnaire ?

 

Arnaud David, animateur de Talenthéo, nous apportera son aide et son talent pour réfléchir à ce thème. Nul doute qu’à l’issue de cette soirée, nous verrons un peu plus clair sur le pourquoi et le comment de notre mission !

Pour en savoir plus sur cette soirée et vous inscrire, merci de vous rendre sur le site du service de la Communication !

Bienvenue à tous !

Solidarité, chemin de conversion ?

Une première « soirée des pôles Solidarités » s’est tenue le jeudi 29 novembre 2018 au Centre pastoral. Elle a rassemblée une quinzaine de personnes, représentant 9 pôles ou futurs pôles des UP du Brabant wallon.

D’Ittre à Jodoigne en passant par Chastre ou Grez-Doiceau, les pôles Solidarités ont certes des spécificités, une histoire et des possibilités d’action différentes, mais le Service des Solidarités du Vicariat avait fait le pari de permettre aux expériences des uns d’être source d’inspiration pour les autres, rejoignant ainsi des questionnements, des envies de renouvellement ou de rupture d’un certain isolement.

Une brève introduction par la responsable du Service des Solidarités a resitué ce qui avait motivé cette « première », donnant ainsi l’occasion de visionner la vidéo de présentation du projet pastoral Tous disciples en mission, l’audace d’une conversion. Celui-ci est en effet un réel encouragement à l’engagement, si tant est que « croire » dans le Royaume n’est pas tant un acte intellectuel qu’au sens étymologique, un appel à faire que cela soit vrai, comme l’a bien précisé l’abbé Eric Mattheeuws dans une intervention présentant la pleine place de la diaconie dans la mission du disciple : une mission dont nous ne sommes pas propriétaires et qui appelle à se mettre en alliance avec d’autres acteurs de fraternité.

Pour favoriser la rencontre personnelle entre les participants, un espace de « rendez-vous » avait été installé, où des duos se donnaient rendez-vous pour quelques instants de partage autour de leur vécu (qui suis-je ? ce qui me motive ? ai-je déjà vécu la solidarité comme expérience de conversion ?) : des duos qui auraient bien voulu voir se prolonger les quelques minutes accordées à chaque « rendez-vous ».

À ce temps et cet espace dédiés à la rencontre entre les personnes, a succédé un temps de partage consacré au vécu des (futurs) pôles Solidarité. Les consignes étaient de situer l’UP ou paroisse en question, de présenter en quelques mots-clés une expérience positive vécue comme Pôle et/ou une réalité locale qui interpelle, et de partager aux autres un objet (ou texte ou image) symbolique de l’expérience du Pôle, telles ces boîtes d’aliments miniatures représentant les colis distribués dans l’UP de Grez.

Le tableau blanc qui recevait les notes des différentes présentations s’est peu à peu mué en une cartographie multifactorielle des initiatives et questionnements portés. Au nombre des récurrences, on pouvait trouver : l’accueil et l’accompagnement des migrants et réfugiés, l’aide alimentaire sous forme de collectes ou de distributions, notamment par les conférences Saint-Vincent de Paul, des permanences d’accueil de personnes isolées.

Un trésor à partager, voilà comment s’est révélé ce qui se vit sur le terrain des paroisses et UP (levées de fonds, prise de paroles, distributions de colis, accueil de réfugié, conférences, invitation de témoins, …), tout ce que portent les acteurs des Pôles comme capacités, désirs, élans de fraternité.

Ce trésor à partager, nous le portons certes dans des vases d’argile (2 Corinthiens, 4), l’argile de notre humanité, des relations parfois simples et parfois compliquées en paroisse, l’argile aussi d’une société mêlant l’individualisme, la peur de l’engagement, une certaine frilosité financière…

Mais cette fragilité nous appelle à prendre particulièrement soin de ce trésor, et renforce en nous cette reconnaissance d’être accompagnés, portés, par le Dieu d’Amour qui connaît le meilleur de nous-mêmes, y prend demeure pour que nous nous y accomplissions.

Anne Dupont et Catherine Moens

Illustrations : © Service des Solidarités du Vicariat du Bw – PxHere.com CC0 Domaine public