Devenir disciple-missionnaire : cheminement à Court-Saint-Etienne

En janvier 2018, nous avons organisé, en UP de Court-Saint-Etienne, le parcours Alpha ; il s’est déroulé de la première semaine de janvier jusqu’au mois d’avril, avec Pâques comme apothéose.

Environ 40 participants, pour la plupart des paroissiens mais aussi des personnes en marge de l’Église, qui avaient été déçues par elle, qui cherchaient un sens en dehors d’elle.

A côté des participants, une douzaine d’animateurs, ainsi que des personnes responsables du service.

Les paroissiens ont été enthousiasmés ou ré-enthousiasmés par ces échanges sans jugement et avec accueil du ressenti et de l’opinion de chacun. Ils sont rentrés re-nourris dans leur paroisse et ont fait des messes du dimanche de vraies rencontres entre frères.

Lire la suite « Devenir disciple-missionnaire : cheminement à Court-Saint-Etienne »

Être disciple-missionnaire, c’est quoi pour vous ?

Des « jeunes prêtres » i.e. ordonnés depuis moins de 5 ans, des provinces de Montpellier, Toulouse, Bordeaux et Poitiers, ont témoigné de ce que signifie pour eux être « disciple-missionnaire », selon l’expression du pape François dans son exhortation apostolique Evangelii Gaudium, n°120 (2013)*

Interviews réalisés à la Cité Saint-Pierre (Lourdes), le 3 mai 2017, en vue du Dimanche des Vocations (4ème dimanche de Pâques – 7 mai 2017)

Nous avons trouvé cette vidéo et son explication sur le site Textala que nous remercions !


*Evangelii gaudium, 120

En vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire (cf. Mt 28, 19). Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Église et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation, et il serait inadéquat de penser à un schéma d’évangélisation utilisé pour des acteurs qualifiés, où le reste du peuple fidèle serait seulement destiné à bénéficier de leurs actions. La nouvelle évangélisation doit impliquer que chaque baptisé soit protagoniste d’une façon nouvelle. Cette conviction se transforme en un appel adressé à chaque chrétien, pour que personne ne renonce à son engagement pour l’évangélisation, car s’il a vraiment fait l’expérience de l’amour de Dieu qui le sauve, il n’a pas besoin de beaucoup de temps de préparation pour aller l’annoncer, il ne peut pas attendre d’avoir reçu beaucoup de leçons ou de longues instructions. Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus Christ ; nous ne disons plus que nous sommes « disciples » et « missionnaires », mais toujours que nous sommes « disciples-missionnaires ». Si nous n’en sommes pas convaincus, regardons les premiers disciples, qui immédiatement, après avoir reconnu le regard de Jésus, allèrent proclamer pleins de joie : Nous avons trouvé le Messie (Jn 1, 41). La Samaritaine, à peine eut-elle fini son dialogue avec Jésus, devint missionnaire, et beaucoup de Samaritains crurent en Jésus à cause de la parole de la femme (Jn 4, 39). Saint Paul aussi, à partir de sa rencontre avec Jésus Christ, aussitôt se mit à prêcher Jésus (Ac 9, 20). Et nous, qu’attendons-nous ?

Un regard sur la mission venant du Cambodge

La mission,
c’est le cœur de notre vie de fidèles,

de prêtres et de religieux

Beaucoup d’Églises, à travers le monde, oublient que l’essence même de l’Évangile, c’est d’annoncer la Bonne Nouvelle, estime Mgr Schmitthaeusler, vicaire apostolique de Phnom Penh (Cambodge). L’exceptionnel mois missionnaire d’octobre prochain doit être l’occasion d’un déclic.

En savoir plus sur la manière dont le Cambodge vit la mission… pour nous donner des idées ?

Lisez la suite de l’article sur Aleteia !

Illustration : Pixabay