Une équipe paroissiale à l’écoute de non-chrétiens

Depuis plusieurs mois, les responsables de la paroisse Saint-Pierre de Genval ont mis sur pied un groupe de réflexion sur la transformation paroissiale missionnaire. L’objectif de ce groupe est de baliser des étapes pour passer d’une paroisse qui pratique une pastorale de conservation à une paroisse qui veut donner la priorité à la mission, pour une « Église en sortie ». Plusieurs membres de l’équipe d’animation paroissiale (EAP) font partie de ce groupe et les décisions d’actions se prennent au sein de celle-ci.

L’événement déclencheur de ce groupe est un Dimanche autrement (avant le confinement) sur le thème des cinq dimensions essentielles de la foi. Les paroissiens ont alors pris conscience de l’équilibre à trouver dans ces cinq dimensions ainsi que de la priorité d’ouvrir la paroisse vers l’extérieur comme nous le demande notre Pape :

« J’espère que toutes les communautés feront en sorte de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour avancer sur le chemin d’une conversion pastorale et missionnaire, qui ne peut laisser les choses comme elles sont. » (1)

Un groupe s’est alors constitué autour du curé et de l’EAP pour réfléchir aux étapes à mettre en place dans ce processus. Ce groupe travaille actuellement pour  déterminer une vision propre à la paroisse en fonction des priorités pastorales du Vicariat, de la réalité de l’équipe pastorale et de la communauté, et aussi du contexte socio-culturel dans lequel celle-ci se trouve.

Pour mieux découvrir la réalité du contexte, une enquête a été réalisée par les membres du groupe de travail. Un questionnaire a été réalisé et chaque membre du groupe a interrogé un certain nombre de personnes de son entourage, soit des non-pratiquants, soit des pratiquants très occasionnels, en ciblant particulièrement les 20 à 60 ans.

Les questions posées étaient celles-ci :

  • Pourquoi pensez-vous que la plupart des gens ne vont pas à l’église ?
  • Si vous étiez à la recherche d’une église, quels genres de choses chercheriez-vous ?
  • Nous, chrétiens, que pourrions-nous faire pour vous ? Quels conseils donneriez-vous ?
  • Selon vous, quels sont les plus grands besoins de notre ville ?

Les réponses ont été classées en fonction des cinq dimensions essentielles de la foi.

  • 23 remarques ou appels reçus sur l’importance des services à rendre à la population ou à la communauté
  • 18 remarques ou appels sur le besoin de fraternité
  • 11 remarques sur la prière et la liturgie
  • 6 appels sur le besoin de formation
  • 3 remarques en lien avec l’évangélisation ou le témoignage.

Sur le thème du service, voici quelques remarques retenues :

« Il faut qu’ils sortent de leur église et s’engagent dans la vie réelle. Ça peut se faire de différentes manières : par du réconfort, de l’aide matérielle. »

« La communauté doit rester intéressée par la vie communale et répondre si possible à d’éventuelles attentes ponctuelles. »

« Un rapprochement avec des mouvements de jeunesse, écoles ou œuvres ou avec une autre communauté pourrait nous apporter du renouveau. »

« Service d’accompagnement des personnes et des familles, des personnes âgées. »

D’autres remarques ont été faites sur le besoin d’écouter les gens par des visites à domicile, des appels téléphoniques aux personnes seules ou âgées, sur l’importance de s’engager dans l’aide aux plus démunis, dans des démarches écologiques, des propositions pour les jeunes couples, pour les enfants,…

Sur le thème de la fraternité, voici quelques extraits des réponses reçues :

Plusieurs ont témoigné qu’ils ont reçu un bon accueil en venant l’une ou l’autre fois à une célébration, mais ils disent aussi de faire attention aux petits groupes qui restent fermés sur eux-mêmes sans s’ouvrir à ceux qui viennent pour la première fois.

Plusieurs ont exprimé le besoin de vivre une vie fraternelle de communauté et d’entraide.

Ils recherchent des lieux où chacun est l’égal de l’autre, des lieux de partage et de paix, où on peut s’encourager et reprendre confiance, des lieux avec des rencontres joyeuses et festives.

Sur le thème de la prière et de la liturgie :

Certains se disent non-pratiquants, mais expriment aussi le besoin de se ressourcer par l’écoute de la Parole et par des témoignages de foi.

Pour certains, la prière peut être importante mais reste individuelle.

D’autres trouvent essentiel de célébrer uniquement les moments importants de la vie comme le baptême, la confirmation, le mariage et les fêtes comme Noël et Pâques.

Sur le thème de la formation :

Les adultes et les jeunes sont peu formés dans le domaine de la foi. Des demandes sont faites d’organiser des formations, des conférences, des réunions formatrices.

Enfin, sur le thème de l’évangélisation et du témoignage :

Il est normal qu’une paroisse cherche à répondre à sa vocation missionnaire. Cependant la paroisse n’arrive pas à attirer les jeunes. Le besoin est exprimé de montrer de l’empathie, de l’écoute avec chaque personne. Être témoin de sa foi, c’est acceptable, mais sans vouloir convertir.


Cette enquête n’est qu’une étape de ce processus de transformation pastorale missionnaire qui prendra encore pas mal de temps.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le document pdf sur le site de la paroisse, et/ou prendre contact avec le curé de la paroisse : l’abbé Tchuma Kagoma.


(1) Evangelii gaudium, 25

L’illustration d’entête est un tableau d’Arcabas qui représente les pèlerins d’Emmaüs. © GB

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s